Comprendre l'augmentation des prix des propriétés au Québec en 2017

Lundi 29 Jan 2018 - 20:26 - 1499 visionnements

Dans un intéressant article publié le 24 janvier dernier chez Les Affaires, la journaliste Joanie Fontaine décortiquait les résultats de l'étude réalisée par JLR portant sur les tendances immobilières de l'année 2017. Sur le site de Solutions JLR, on parle d'une « analyse du marché des ventes de maisons unifamiliales par division de recensement (similaire aux MRC) au Québec » compilant le « nombre de ventes d’unifamiliales et le prix médian dans chacune des divisions de recensement pour 2017 et leur évolution par rapport à l’année précédente. » Parmi les résultats de cette analyse, on remarque une hausse des prix généralisée, une faible augmentation du nombre de ventes et certaines régions où la croissance est plus marquée qu'ailleurs.

 

Montreal

 

Le prix médian, explique Joanie Fontaine, a tendance à augmenter avec la densité de population. Ainsi, La Haute-Gaspésie et le Témiscouata affichaient les plus bas prix médians (80 000$) et la ville de Montréal, plus populeuse et plus dense, les plus hauts (440 000$). Les 5 divisions les plus onéreuses se situent d'ailleurs autour de la métropole, soit Longueuil (332 000$), Laval (320 000$), Thérèse-de-Blainville (310 000$) et La Vallée-du-Richelieu (304 220$). Dans l'ensemble, les prix médians auraient augmenté dans 90% des divisions de recensement de la province, ce qui serait selon les analystes le résultat d'une économie provinciale en bonne santé.

 

Ce serait les divisions Memphrémagog, Lotbinière, Le Granit, La Côte-de-Beaupré et La Vallée-de-l'Or qui auraient connu les hausses les plus importantes, soit entre 8 et 14%.

 

percé

 

En ce qui concerne le nombre de ventes d'unifamiliales en elles-mêmes, elles n'auraient augmenté que de 1% en 2017. Les analystes ne s'attendent pas à ce qu'elles augmentent davantage dans un futur proche, mais plutôt à une légère baisse en 2018. « Les ventes ont crû dans la majorité des régions, peut-on lire dans l'analyse. Par contre, l’année prochaine risque d’être un peu plus difficile étant donné les derniers resserrements hypothécaires qui limiteront la capacité d’emprunt de plusieurs ménages. »

 

Pour en apprendre davantage sur les résultats de cette étude et consulter la carte interactive des divisions de recensement, rendez-vous sur le site Les Affaires ou encore celui de Solutions JLR pour recevoir gratuitement l'étude complète par courriel!